Archives de catégorie : Uncategorized

Quelle est la vitesse du débit internet en montagne ?

Voilà 6 mois que nous sommes confrontés à la crise du COVID et il semble que le principal effet constaté sur le marché immobilier dans les Alpes soit d’avoir augmenté significativement le nombre de demandes. Je ne pense pas connaitre quelqu’un qui aurait pu prédire cela au début. Cependant, cela semble évident à l’heure actuelle. Pour tous ceux qui envisageaient de quitter leurs logements urbains, cette crise a été le déclencheur. Il n’est donc pas surprenant que la deuxième question que l’on nous pose à propos d’un bien que nous avons à la vente soit  » quel est le débit internet » ?

Un autre aspect lié au COVID est le fait que beaucoup de personnes ont dû travailler depuis leurs domiciles. Ceci à contribuer à renforcer l’engouement pour Alpine Property. Si votre logement n’a plus lieu d’être à proximité de votre travail, alors vous pourriez aussi bien vivre à l’endroit où vous souhaitez passer votre temps libre. Mais dans tous les cas, vous avez besoin d’une bonne connection internet ! Je travaille depuis chez moi, dans les Alpes Françaises, depuis 20 ans. Sans une bonne connection internet je ne pourrai pas travailler du tout. Je vais donc partager avec vous un peu de mon expérience.

Si vous souhaitez acheter un bien dans les Alpes vous êtes en droit de vous questionner sur la qualité des connections internet. Les agents immobiliers ne savent pas forcément. Il serait judicieux, à notre époque, d’indiquer la performance de la connection internet dans la liste des caractéristiques d’un bien ! La chose la plus simple à faire est de poser la question directement au propriétaire actuel. Malheureusement, la plupart du temps, vous obtiendrez une réponse vague. Donc, si vous visitez la propriété, prenez le temps de vous connecter à leurs internet et aller sur ce lien https://www.speedtest.net/. Après avoir renseigné plusieurs mots de passe wifi sécurisés, plus facile à dire qu’à faire, vous obtiendrez un bon indicateur afin d’estimer la qualité de la connexion.

Estimation de la vitesse internet.

Il existe différents sites pour vérifier le débit internet de quelqu’un d’autre. La plupart du temps, vous aurez besoin de leur numéro de ligne fixe. Quelquefois une adresse suffit.  https://www.degrouptest.com/ est un bon début. Fondamentalement, ces tests permettent de calculer la distance entre la propriété et le « central » téléphonique du village.

Voici quelques exemples

Property 1
central téléphonique : SEYTROUX
longueur de ligne : 1215 mètres
affaiblissement théorique : 14.01dB
état de la ligne : ACTIVE
débit maximum estimé VDSL2 : 29.3 Mb/s

Property 2
central téléphonique : SAINT‐JEAN D AULPS
longueur de ligne : 2471 mètres
affaiblissement théorique : 38.57dB
état de la ligne : ACTIVE
débit maximum estimé ADSLMAX : 5.6 Mb/s

Vous pouvez voir que la propriété 2 est deux fois plus éloignée du  » central » que la propriété 1. La vitesse de téléchargement est 5 fois plus lente ! C’est la même chose pour le haut débit sur les ligne téléphoniques et ce jusqu’à ce que la fibre soit installée, c’est de là que provient la plupart de notre internet.

Si vous n’avez pas l’adresse exacte ou le numéro de téléphone, cette carte est très utile https://www.free.fr/freebox/pages/accueil/carte-de-debits-xdsl.html

Elle montre les maisons proches de « l’échange » en rouge (10-30 Mbps) ou orange ( 5-10 Mbps). Cela s’applique à notre exemple ci dessus. La propriété N°1 est en zone rouge quant à la N°2 en zone orange.

Vous pouvez arrêter la lecture maintenant. Toutefois, si vous voulez en savoir plus sur les chiffres, veuillez continuez…

Je commencerai par un glossaire

  • ADSL est un type d’internet à haut débit. Il rentre dans la maison grâce à une ligne téléphonique
  • Mbps (Mégabits par seconde) c’est la mesure de la vitesse d’internet
  • 4G est un type de connexion de données mobiles (internet sur votre téléphone)
  • Fibre ou Fibre-optique, parfois appelée FTTH, c’est internet ultra rapide.
  • Ping (ou latence) correspond à la rapidité avec laquelle les informations quittent votre ordinateur puis reviennent. Il est mesuré en ms ( millisecondes)

Beaucoup de nos biens ont une capacité à télécharger d’environ 5 Mbps, ce qui est normalement suffisant pour regarder un film sur Netflix et assez bon pour utiliser Zoom ou autres applications similaires. Cependant, si 5 personnes occupants la maison désirent se connecter en même temps, il y aura des soucis.

MAIS, le téléchargement n’est que la moitié du problème. Vous téléchargez (download ou réception) des données vidéo pour regarder un film. Mais pour utiliser Zoom vous devez également téléverser (upload ou émission) une vidéo. En théorie, Zoom fonctionnera avec 0.5 Mbps upload(émission)/download (réception). Vous pensez que ce n’est pas utile ? Nous avons renoncé au up/down(émission/réception). Mais les gens ne parlent que de téléchargement (download- réception) au détriment du téléversement (upload-émission). Tous les ADSL, donc ce qui arrive sur les lignes téléphoniques, télécharge « download » plus vite qu’il ne téléverse « upload ». La vitesse de réception est supérieure à celle d’émission, au moins 10 fois plus. Donc si vous avez une capacité de 5 Mbps pour le téléchargement, la plupart du temps vous aurez une capacité de 0.5 Mbps pour le téléversement. C’est assez pour utiliser Zoom mais c’est juste !

Voici les résultats du speedtest pour l’ADSL depuis chez moi

Vous l’aurez compris si vous avez lu jusque là, les résultats sont juste limites. Néanmoins, nous sommes 5 dans la maison et la plupart du temps les autres utilisent internet tous en même temps. J ai du ajouter une connection 4G et voici mes résultats avec l’ajout.

C’est beaucoup mieux. Vous remarquerez qu’il y a un nouveau chiffre. Un Ping de 47 ms. c’est la « latence » ou plus simplement la mesure du délai des transmissions d’envoi et de réception. Plus ce nombre est élevé plus les pauses et les décalages seront nombreux lors de la connection avec Zoom. Si le ping est inférieur à 150 c’est OK. Par contre ce n’est pas valable pour les amateurs de jeux vidéo en ligne. Eux, préfèrent un Ping au alentour des 20 .

La 4G ? qu’est ce que c’est ?

La 4G ou encore mieux la 4G+ est le signal du téléphone mobile. Avec la 4G la différence entre le téléchargement ( download) et le téléversement (upload) est multipliée seulement par 2. Comme vous pouvez le voir sur les chiffres ci dessus, l’utilisation de la 4G améliore ma vitesse de téléversement de 40 fois. Si un logement rencontre des difficultés et des lenteurs pour l’utilisation d’internet, le fait d’utiliser la 4G peut s’avérer d’une aide précieuse. Beaucoup d’entre nous chez Alpine property le font déjà. Cela dépendra de la qualité du signal que vous recevez à la maison ET si l’opérateur téléphonique dispose d’assez d’espace dans son système. Je sais qu’à St Jean D’Aulps tous les créneaux ont été pris. Par contre, au village du Biot vous pouvez encore trouver des box 4G.

La Fibre ? N’arrive t elle pas bientôt ? Cela ne solutionnerait il pas le problème ?

Oui et oui ! Pratiquement toute la Haute Savoie devrait être connecté à la Fibre Optique « prochainement », certaine personne le sont déjà ( en 2020) mais il faudra attendre jusqu’en 2025. Syane est en train d’entreprendre des travaux et ils ont un site internet : https://www.syane.fr/les-projets-du-syane/le-reseau-public-fibre-optique-du-syane

Ils installent la Fibre dans les maisons ( FTTH). La vitesse minimum de téléchargement serait de 100 Mbps, le maximum pourrait atteindre les 1000 Mbps (1 Gbps), le téléversement à 50+ Mbps et le Ping devrait être à moins de 20 ms. Donc plus que suffisant pour pouvoir travailler depuis la maison. Plus que suffisant pour tout en fait !

Quand je demande mon éligibilité par internet il réponde « Vous serez éligible à la fibre entre 2019 et 2025”. Cela se confirme en regardant leurs cartes. Je vis dans une zone grise. Si vous comparez cette carte à la carte précédente ( vitesse actuelle) vous voyez qu’ils ont privilégié les habitations avec un internet vraiment terrible. Le Biot est un bon exemple.

Parce que je compte énormément sur mon internet, j’ai conservé mon ADSL et j’ai aussi la 4G. J’ai ajouté un système OVH qui les combine ensemble. Cela signifie que si une connexion est en cours de lecture, l’autre peut suffire. Elles sont connectées à la WIFI de la maison. Si les enfants encombrent tout, j’ai une application qui m’indique quand je peux privilégié l’utilisation de mon ordinateur. Forcément, cela à un coût.

  1. Bouygues ADSL 25€
  2. Bouygues 4G 40€
  3. ovhtelecom.fr/overthebox/ 20€
    Total 85€ /mois

Et si il n’y a ni ADSL ni 4G ?

Alors, il vous reste le satellite comme option l Surtout que cette option n’est pas si cher si vous comparez avec ce que je paie actuellement. Il semble que vous pouvez obtenir de l’aide avec ce lien

https://www.syane.fr/122-122-1-Amenagement-numerique-%3A-plan-satellite-haut-debit

Ce site semble bien expliqué la situation.

https://www.echosdunet.net/adsl/adsl-ou-satellite

Le problème avec le haut débit par satellite est le manque de données (data). Même les forfaits  » illimités » ( 70 € par mois) sont plafonnés à 100 GO de data. Ce qui est suffisant pour la majorité mais pas pour moi et ma famille. Nous avons consommé 600 GO de date le mois dernier !

Starlink

Au moment où j’écris cet article, Starlink n’est pas encore opérationnel. C’est le projet de Elon Musk de pouvoir connecter la planète entière à internet sans fil. Il s’agit de la technologie satellite mais sans antenne parabolique. Ils viennent seulement de lancer les premiers essais donc cela pourrait être opérationnel dans les prochaines années. Il devrait prendre le relais du haut débit par satellite. Il est cependant impacté par son installation coûteuse et aura probablement des limites de données (data). Pour ceux qui ne seront jamais connectés aux réseaux principaux, c’est peut être la solution ultime. Consultez l’ article Wikipedia pour plus d’informations.

Analyse du marché suite au COVID, édition de juillet !

Ceci est ma troisième étude du marché depuis le début de la crise sanitaire. Pour l’heure, nous sommes revenus presque à la normale. Les montagnes et les lacs ont été les premiers à avoir leurs restrictions levées (le 11 mai), ensuivit par les cafés, bars, restaurants et hôtels. A leur tour, les piscines, remontées mécaniques et les magasins sont à nouveau ouverts . La frontière avec la Suisse est ouverte depuis le le 15 Juin.

Nous avons suivi le trafic aérien à l’aéroport de Genève. Au plus grave de la crise, seulement une infime poignée de passagers pouvaient voyager. Début juillet, ils étaient environ une centaine. Au moment où j’écris, il y a 100 vols par jour au départ et arrivée de Genève. Néanmoins, cela correspond seulement au tiers du trafic habituel.

J’ai écrit le premier rapport à la mi – avril dernier. vous pouvez le consultez sur ce lien
Coronavirus / COVID-19 et votre propriété dans les Alpes

J ai écrit le deuxième rapport fin mai. Comment le COVID affecte-t-il le prix des propriétés dans les Alpes ? A ce stade, nous étions pris entre deux réalités en contraste. Beaucoup de nos ventes  » en cours », donc pré-covid, ont été impactées en raison d’une réticence de la part des acheteurs craignants pour leur avenir et ne souhaitant pas prendre de risques supplémentaires. Soit, ils ont tenté d’obtenir une réduction sur le prix de vente déjà accepté en amont soit essayé de « casser » la vente. En revanche, nous ressentions une forte demande de la part des nouveaux acheteurs post- COVID. Le nombre de nouvelles demandes étaient revenues à la normale. Dans cette analyse du marché, j ai fourni des données de base avec des faits et des chiffres afin d’essayer d’étayer les ventes impactées par cette crise.


Ce troisième rapport que je fais le 12 juillet est du même acabit. Nous avons pu constater un record en ce qui concerne le nombre de demandes au mois de juin et la tendance se confirme pour le mois de juillet. Nous avons enregistré 16 ventes à la fin mai, ce chiffre a maintenant doublé. Le prix moyen de vente et le prix moyen d’offre d’achat sont restés stables. Les acheteurs francophones dominent le marché à l’heure actuelle. Je parle d’acheteurs Francophones car beaucoup de nos clients sont de nationalité Française mais résident aux Royaume Unis ! Près de 30% de nos ventes pré COVID ont échoué à cause de différents facteurs déjà précités mais ces dernières ont pu rapidement être sauvées grâce à l’intérêt et l’implication de ses nouveaux acheteurs post COVID. Il serait présomptueux de penser que cette bonne nouvelle se retrouve seulement chez Alpine Property. J’ai eu échos des même constations chez d’autres agents immobiliers de la région.

Alors, qu’en il est du futur ? Nous ne pouvons pas relâcher notre vigilance. Pour ma part, j’ai accepté ce confinement strict qui a permis de stopper l’évolution, et de baisser fortement le nombre de cas en France, même si je reste persuadé que le nombre de cas positifs va s’accroître dans les mois à venir. C’est inévitable. Espérons que les nouvelles mesures sanitaires seront suffisantes pour contenir cette épidémie. En tout cas, tant que notre marché immobilier se maintient, une chose est sûre, vivre dans les Alpes ou simplement y passer des vacances est une expérience fantastique, et cela n’est pas prêt de changer. Nous ne pouvons imaginer retourner à un confinement à l’échelle nationale mais à fortiori , nous aurions jamais imaginé devoir être confiner en Mars dernier. Je n’aurai jamais pu imaginer, que malgré ses conditions et restrictions, nous aurions autant de travail à accomplir qu’en temps normal. Dans cette perspective, je ne vois pas comment je pourrai faire des prédictions en ce qui concerne l’avenir !

Comment le COVID affecte-t-il le prix des propriétés dans les Alpes ?

Contrairement aux idées reçues dans les médias, nous ne constatons aucune baisse de nos demandes ou de réduction du prix de nos propriétés dans les Alpes.

La presse populaire prédit une baisse des prix. Nous ne listerons pas les articles sur ce sujet. Ils correspondent certainement à l’idée générale ou à des hypothèses. Et si vous êtes sur le marché à la recherche d’une propriété, cela vous donne bon espoir ! Cependant, ce n’est pas notre expérience sur le terrain.

Si vous n’avez pas le temps de continuer la lecture, je vais vous résumer nos conclusions ici. Ces données sont basées sur notre expérience de plus de 20 ans dans l’immobilier. L’activité sur notre site internet a augmenté, et jusqu’ici pour le mois de mai, nous avons presque atteint un record au niveau du nombre de demandes. Je dis « presque » puisqu’à l’heure à laquelle j’écris cet article, le mois n’est pas encore terminé. Les résultats sont là, les demandes du mois de mai 2020 pourraient battre des records. Et, depuis le début du confinement, nous avons même conclu 16 ventes. Au départ, nos prédictions pendant ce confinement auraient été de zéro vente ! Le ratio entre les prix conclus et les prix demandés au départ est minime 3,7%. Basé sur notre expérience, ce ratio est tout à fait normal. A moins que la propriété soit nouvelle sur le marché ou qu’elle suscite beaucoup d’intérêt, les clients font souvent une offre inférieure au prix demandé.

Je vais détailler ici nos 16 ventes conclues pendant le confinement :

  • Prix moyen du bien 422,750€
  • 3.7% réduction par rapport au prix demandé
  • Gamme de prix de 62.000€ à 1.595m€
  • 8 acheteurs anglophones (basés en Angleterre ou ailleurs)
  • 7 acheteurs francophones (principalement basés en France)
  • 1 acheteur finlandais

Il y a deux éléments distinctifs de ces acheteurs :

  1. 80% d’entre eux sont de nouveaux clients de cette année. Normalement, le taux aurait dû être autour de 50%, car beaucoup de nos clients passent un certain temps à rechercher des propriétés avant d’acheter.
  2. La plupart d’entre eux n’ont pas besoin d’un prêt, et par conséquent, n’ont pas besoin d’un revenu locatif pour les aider dans leur achat, en fait, pour moins de la moitié de ces acheteurs, le rendement locatif n’est pas un élément important.

En ce moment, nous expérimentons deux types d’acheteurs

  1. Les acheteurs au milieu du processus d’achat. Une démarche potentiellement commencée l’année dernière, un projet sur du long terme, ils ont déjà signé le premier contrat (compromis de vente) et, à ce stade, ils devraient normalement être en train de finaliser la vente. Le COVID a déstabilisé ces ventes. Le monde qu’ils connaissaient lorsqu’ils ont pris la décision d’acheter a changé, et l’avenir est devenu incertain. Beaucoup d’entre eux s’interrogent, et sont parfois contraint par des soucis financiers. Inévitablement certaines de nos ventes conclues avant le COVID vont tomber à l’eau et les propriétés seront de retour sur le marché.
  1. Nouveaux acheteurs, des acheteurs qui ont depuis longtemps rêvé d’avoir une maison dans les Alpes et qui ont finalement sauté le pas pendant la crise. Ces ventes devraient être plus sûres. Tant que ces acheteurs continueront dans cette lancée, la situation mondiale peut seulement s’améliorer (et cela semble être sur la bonne voie)

Donc, quelles est la principale motivation de ces nouveaux acheteurs ? Certain ont suggéré qu’ils pourraient rechercher un point de chute dans l’idée d’un nouveau confinement. Nous ne pensons pas que ce soit le cas, puisque voyager vers une résidence secondaire pendant le confinement était interdit. La plupart (mais pas tous !) sont restés dans leur résidence principale. Nous avons le sentiment que ces « nouveaux » clients réévaluent leurs cadres de vie et leurs priorités. Ils y voient l’opportunité de suivre leur rêve. Quand vous pensez à votre propre situation, vous devez être capable de revaloriser vos projets et de vous recentrer sur vos buts et vos objectifs !

Si vous êtes intéressés vous pouvez consulter la liste des biens récemment vendus sur notre page « VENDU ». Cependant, rien de bien nouveau. Contactez-nous si vous souhaitez plus de détails sur la répartition de nos ventes.

Panneaux solaires à la neige

Il y a 3 ans, j’ai écrit un article sur une voiture électrique à la neige. J’ai toujours une voiture électrique, elle ressemble à la précédente, cependant elle va plus loin et se recharge plus vite. Je veux utiliser la forme la plus écologique de transport possible, donc, la suite logique est d’installer des panneaux solaires photovoltaïques (PV). Si vous ne pensez pas que les VE (véhicules électriques) et les PV sont aussi écologiques que certaines personnes soutiennent, alors jeter un œil à mon avis sur ce sujet.

Les panneaux solaires photovoltaïques (PV) ne produisent pas d’électricité lorsqu’ils sont recouverts de neige !
Les panneaux solaires photovoltaïques (PV) ne produisent pas d’électricité lorsqu’ils sont recouverts de neige !

J’ai entrepris des recherches et des calculs afin de savoir si les panneaux solaires photovoltaïques (PV) valaient le coup.

Bien que j’aime essayer d’être aussi vert que possible, je suis surtout très intéressé si être écologique me permet également de réaliser des économies. Si vous comparez aujourd’hui le retour sur investissement de l’argent que vous placez à la banque, qu’importe l’investissement, il vaut le coup d’être tenté !

Premièrement, je peux vous confirmer que les PV ne produisent pas d’électricité lorsqu’ils sont recouverts de neige. Ce n’est pas un gros problème, et ce, pour un grand nombre de raisons. Et notamment, puisque quoi qu’il en soit, en plein hiver, les PV ne produisent que peu d’électricité. Si vous regardez le tableau ci-dessous, vous constaterez qu’en décembre ils produisent seulement 20% de l’énergie produite au mois de juin. Deuxièmement, bien que je vive à 840m d’altitude dans les Alpes, je ne pense pas qu’ils seraient recouverts par la neige si souvent. Quand bien même la neige tombe, elle disparaît le jour même dès l’apparition du soleil.

Les calculs

Tout d’abord, je voulais savoir combien d’énergie ma VE avait besoin sur une année. Je conduis 12,000 km/an. C’est 33 km/jour, la voiture à une efficacité réelle de 12kw/100km, ce qui signifie que j’ai besoin de 4kw d’énergie pour une journée normale de conduite.
Ce chiffre représentatif et réaliste est visible sur le tableau de bord de ma voiture, c’est comme votre CI (combustion interne), la consommation de carburant de votre véhicule. Cela inclus les côtes, votre type de conduite, et un problème propre aux VE, les basses températures.

Ensuite, vous devez calculer combien d’énergie vous pouvez produire en fonction du lieu où vous vivez. C’est assez simple à faire. Merci à l’Union Européenne qui a créé une base de données en ligne qui recense toutes les informations nécessaires pour ce calcul, sous forme de calculateur qui prend en compte toutes les données. La météo locale, les jours d’enneigement, ainsi que l’ombre éventuelle produite par les montagnes environnantes. Vous devrez savoir dans quelle direction seront orientés vos panneaux, utiliser une boussole (ou votre téléphone). Ceci dépend de l’emplacement où vous souhaitez les installer, dans mon cas, c’est sur le toit du garage. Ainsi que l’angle sur lequel ils seront installés (l’inclinaison), pour ce faire utiliser un rapporteur (ou votre téléphone). Enfin, vous devrez savoir combien de panneaux votre toit (surface) peut accueillir. Pour cela, vous pouvez utiliser l’aide de cet excellent calculateur easy-pv.co.uk/, dans mon cas il s’agissait de 11 panneaux.

Les panneaux produisent en moyenne entre 250-300 W chacun, les meilleurs panneaux solaires sur le marché (pas spécialement les plus jolis) produisent 270 W, soit 270 x 11=2.97 kw

Soit les chiffres suivants :

  • Puissance du système 2.97 kw
  • Type de PV Crystalline Silicon
  • Inclinaison 30°
  • Orientation 230°, qui semble se transformer à 50° sur ce site
  • Localisation (utiliser google maps) 46.231, 6.647

J’ai ensuite reporté ces données sur le site mis à jour :
http://re.jrc.ec.europa.eu/pvg_tools/en/tools.html#PVP

Ci-dessous, les résultats obtenus, il y a plus de photos sur le nouveau site !

Sur ce tableau, vous pouvez voir que le rendement moyen journalier produit est de 7.76 kWh, précédemment, j’ai mentionné que ma voiture avait besoin de 4kWh, si j’utilisais tout l’espace disponible, je pourrais presque charger deux voitures (ou conduire deux fois plus vite).

Autorisation

Vous avez besoin d’une autorisation d’accès au réseau, et pour la France il s’agit d’Enedis. J’ai décidé que je voulais garder l’opération le plus simple et pour le meilleur rapport qualité/prix possible. Je pense que le mieux à faire est d’installer vous-même les panneaux et de ne pas revendre l’excédent d’énergie au réseau. En d’autres mots, configurez vous-même le système et vous pouvez utiliser toute l’électricité produite. Pour vendre l’excèdent d’électricité au réseau, vous devez utiliser un professionnel certifié pour l’installation des panneaux, dans quel cas les coûts sont doubles et l’opération perd tout son intérêt.

Le site explicatif d’Enedis https://www.enedis.fr/produire-de-lelectricite#etape-prealable, vous verrez qu’en haut de la page, il est indiqué que vous devez demander une autorisation à la mairie locale, ceci n’est pas un permis de construire mais une déclaration préalable de travaux (DP), bien plus simple qu’une demande de permis de construire. Vous pouvez récupérer les formulaires directement à la mairie. Si vous êtes allez si loin dans le processus, vous verrez qu’ils ne sont pas compliqués à remplir. Redéposez-les en mairie et attendez la décision du conseil. L’attente dépendra de la date de la prochaine réunion. Pour ma part, ça a été un mois. Une fois que vous avez l’autorisation, vous devez retourner sur le site internet d’Enedis, créer un compte, télécharger votre formulaire et un certificat de conformité pour votre équipement (disponible auprès de votre fournisseur). Enedis créera un contrat (Convention d’auto-consommation sans injection) à signer électroniquement. Pour ça, j’ai attendu une semaine.

Installation des PV

Enfin, il était temps de se lancer ! J’ai commencé l’opération en juin, et c’est en octobre que j’ai atteint ce stade. Ça aurait eu bien plus de sens de commencer le processus en janvier, cependant la vie ne marche pas toujours comme on veut !
J’ai choisi le garage non pas par sa proximité avec la voiture, mais parce que c’était plus accessible pour un amateur comme moi. C’est plus près du sol pour commencer !
La première mission a été de couper l’arbre qui faisait de l’ombre, bien en évidence sur la photo ! Les PV n’aiment vraiment pas l’ombre.

Ensuite j’ai commandé l’équipement. Le contenu total tenait sur une palette.

Un ami m’a prêté un échafaudage. J’ai pensé naïvement que j’avais simplement besoin d’une échelle, c’était une très mauvaise idée. Vous aurez besoin d’un échafaudage, et pour la plupart du temps de l’installation d’une deuxième paire de mains !

L’installation des rails et des panneaux a pris deux après-midis à deux personnes. Sur cette photo vous pouvez voir l’un des onduleurs. Avec ce système, il y a un onduleur pour deux panneaux. Ces petits appareils convertissent environ 20 V CC d’énergie, les panneaux eux produisent 230 V CA ce qui représente la consommation de la maison (et voiture). Par ailleurs, c’est un peu dommage, car la voiture reconvertie ensuite l’électricité en CC pour charger sa batterie. … mais c’est comme ça. Le câblage sur le toit est prêt à l’emploi, tout est étanche et pas besoin de tournevis.

Travailler sur le toit durant un automne ensoleillé est un vrai plaisir.

Le câblage

Pas grand-chose à faire ici. Dans ce cas, nous avons juste eu à les brancher dans une prise ! Sur la photo, il y a un interrupteur principal, bien que dans ce cas, vous pouvez isoler les panneaux en débranchant la prise. On nous a fourni un compteur, ce n’est pas indispensable, mais c’est assez intéressant de savoir combien d’énergie les panneaux produisent. J’ai vérifié les chiffres avec les calculs et ils correspondent a peu de chose près. Il y a de quoi vous amuser ! Je pourrais contrôler l’électricité produite et la comparer avec l’électricité consumée en temps réel depuis mon bureau. Toutefois, ce serait que des coûts supplémentaires.

Une chose importante, lorsque les panneaux sont débranchés du réseau principal, les onduleurs s’éteignent. Vous ne pouvez donc pas vous électrocuter. Si ce n’était pas le cas, et que le courant de votre maison sauterait, les panneaux continueraient de produire de l’électricité et vous, votre électricien, ou même un technicien du réseau pourrait être en danger.

Le travail terminé avec la voiture électrique. La voiture n’est pas branchée directement aux panneaux. La voiture est branchée sur le système électrique domestique. Les panneaux sont raccordés sur ce même système. La voiture pourrait utiliser l’énergie produite, tout comme mon frigo, mon ordinateur, les lumières ou peu importe, et comme je travaille depuis chez moi il y a toujours de l’énergie consommée pendant la journée.

De plus amples précisions pour vos panneaux solaires

J’ai utilisé des panneaux polycristalline. Les panneaux ont une couleur bleu électrique. Ils sont plutôt jolis sur le toit en taule de mon garage, et ils ne sont pas sujet au vis-à-vis.
Cependant, si je devais réitérer l’opération sur le toit de ma maison, j’utiliserais des panneaux noir mat. Il est fort probable que dans quelques années les panneaux utilisés soient du « film fin », et ce, spécialement pour recouvrir une grande surface.
Ma maison a un système de courant triphasé (3 phases). Cela rend le traitement de toute l’énergie produite par les panneaux plus difficile à gérer. Plusieurs améliorations pourraient être faites, et pas spécialement compliqué. Mais cela vaut le coup de les anticiper.

Deux fascinants sites qui permettent de voir en temps réelle d’où provient votre électricité, heure par heure, en France https://www.rte-france.com/fr/eco2mix/eco2mix-mix-energetique
Et un autre pour l’Angleterre http://electricinsights.co.uk/#/dashboard?_k=16xtar

Un simple calculateur d’énergie https://powercalculator.ibc-solar.com/

Quelques discussions sur comment faire avec le courant triphasé https://www.solarchoice.net.au/blog/solar-power-single-phase-vs-3-phase-connections

Encore le courant triphasé, en français https://www.kitsolaire-autoconsommation.fr/kit-panneau-solaire/kit-solaire-autoconsommation/kit-solaire-triphase-grande-puissance/#combinaison

Régulateurs d’immersion, la meilleure façon de stocker l’excédent d’énergie
https://midsummerwholesale.co.uk/buy/solar-immersion-controller

Coronavirus / COVID-19 et votre propriété dans les Alpes

Les gens cherchent-ils toujours à acheter ?

Pendant les premières semaines de cette crise, la demande s’est vraiment arrêtée. Après un mois de confinement, la situation à changé. Les demandes sont en baisse, mais seulement d’environ 30% ; l’activité sur notre site Web a chuté de 40% pendant quelques semaines, mais elle correspond maintenant à la même période l’an dernier.

Attendons-nous une baisse des prix ?

Nous avons vécu quelque chose de similaire en 2008, similaire mais plus petit. Beaucoup de gens attendront de voir si les prix baissent. Si vous cherchez une bonne affaire, vous devez agir maintenant. Pendant cette interruption. Et les gens font exactement cela, nous avons convenu de 4 ventes au cours de la semaine dernière. Et deux d’entre elles étaient au prix affiché. On sent qu’il y a beaucoup de demandes. Si vous attendez que tout soit à nouveau stable, vous devrez peut-être attendre longtemps.

Attendons-nous une hausse des prix ?

Il est possible (mais discutable) que les prix augmenteront à moyen ou long terme. Les différents gouvernements peuvent imprimer de l’argent pour tenter de résoudre le problème. Dans le passé, cela a conduit à l’inflation et les prix de l’immobilier augmentent lorsque cela se produit. S’il y a un déséquilibre entre la façon dont les pays réagissent, vous verrez des changements dans le taux de change. Si le Royaume-Uni imprime plus d’argent que l’UE, la valeur de la livre sterling pourrait chuter. Tout cela doit également être mis en balance avec les performances de l’économie.

Que fait Alpine-Property pendant la pandémie ?

Jusqu’au 11 mai, nous sommes en « confinement ». Cela signifie que nous sommes tous encouragés à travailler à domicile, sauf pour les activités essentielles qui ne peuvent pas être effectuées à distance. Donc, pour Alpine-Property, il n’y a pas de changement. Tous nos agents sont disponibles comme d’habitude et travaillent depuis leur domicile. Nous sommes à votre disposition pour répondre à vos questions et discuter de vos projets.

Comment pouvez-vous visualiser un bien à vendre ?

Dans l’ensemble, nous ne pouvons rencontrer personne sur place dans un bien à vendre. Et, même si nous le pouvions, il est très peu probable que quiconque puisse se rendre légalement dans la région à cette fin. Cependant, nous avons des visites virtuelles pour la majorité de nos propriétés. Et en supposant qu’une propriété est vide, nous pouvons faire une visite virtuelle s’il en manque une. Évidemment, vous pouvez voir ces visites sur notre site Web à votre rythme. Cependant, nous encourageons les rendez-vous avec nos agents afin qu’ils puissent vous accompagner sur une visite virtuelle, expliquant la propriété au fur et à mesure. Nos agents le font tous les jours.

Pouvez-vous démarrer le processus d’achat ?

Vous pouvez, et certaines personnes l’ont fait. La plupart de nos clients utilisent ce temps pour faire leurs recherches, découvrir ce qui est disponible. Décidez quel station de ski convient à leurs besoins. Si vous souhaitez emprunter contre cet achat, parlez aux banques et découvrez ce qu’elles peuvent offrir. Discutez des domaines avec nos agents. Nous avons 16 agents répartis en Haute Savoie. Chacun aimerait vous expliquer pourquoi sa région est la meilleure !

Le Covid19 empêchera-t-il la conclusion d’une vente en cours?

Peu probable. Bien que cela puisse le retarder. Au cours des premières semaines, nous avons dû faire face à divers embouteillages chez les notaires, les banques, et avec des problèmes plus banals comme l’organisation de rapports énergétiques ! Tous les délais ont également été prolongés. Les contrats ne s’effondreront pas immédiatement car un délai a été dépassé. Cela signifie donc qu’une vente est plus susceptible d’être retardée qu’arrêtée.

Valmorel en Tarentaise

Valmorel est un petit joyau au beau milieu de la vallée de la Tarentaise, dans le département de la Savoie crée en 1976. Il siège à une altitude de 1,400m et le ski se pratique à partir de 1,270m et jusqu’à 2,550m, offrant des vues spectaculaires sur les massifs environnants, et notamment sur le Mont Blanc et sa vallée.

Le centre du village est piéton, lui procurant un charme authentique. En 2018 TripAdvisor a récompensé la station du certificat d’excellence.

Credit photos : OTVVA/Scalp

Valmorel est relié à Saint-François-Longchamp par le Col de la Madeleine, un challenge de renom pour les cyclistes, et à la station de Doucy-Combelouvière, qui fait partie du « Grand Domaine » avec ses 165km de ski alpin (31 remontées mécaniques), 40km de ski de fond et 15km de circuits raquettes.

Mais il y a bien plus que le ski et le snowboard à découvrir ! Par exempe, le snake-gliss, une série de luges attachées ensemble formant une luge géante pour dévaler la montagne avec vos proches, le tout encadré par un moniteur de ski ; fat bikes, c’est-à-dire, vélos avec des roues très épaisses permettant une accroche sur la neige ; biathlon, pourquoi pas essayer ce sport exaltant, et apprécier la difficulté de skier, puis tout en récupérant son souffle se concentrer, viser et tirer sur une cible ; des motoneiges 100% électriques pour les 7-12 ans ; l’airboard, ici, c’est allongé sur une luge gonflable que vous dévalerez la montagne ! Une multitude d’activités pour s’amuser et en profiter !

Credit photos : OTVVA/Scalp

Il y a une liste impressionnante d’évènements à venir pendant la saison d’hiver, incluant :

  • La Grande Odyssée (16ème édition) qui est LE plus grand événement de chiens de traineaux d’Europe. Et cette année ce sera une grande première pour Valmorel. Les mushers font une course et des démonstrations de leur discipline.
  • La 5ème édition de la Spartan Race d’hiver, avec ses 10 km de course, 25 obstacles à affronter – pour chaque obstacle raté = 30 burpees !!
  • La 3ème édition de la Valmo-belle, une course de ski de randonnée nocturne avec 490m et 560 m de dénivelé, et en guise de récompense un buffet de bienvenue dans un restaurant d’altitude !
  • 6ème Challenge National Parapente Vol et Ski des Sapeurs-Pompiers. Ce challenge hiver parapente vol et ski est composé de multiples épreuves ludiques de précisions de pilotage en l’air et au contact de la neige. Les fonds récoltés sont reversés à l’association des enfants Orphelins des Sapeurs-Pompiers (ODP)
  • E-Wax Festival, festival de musique électro, avec de multiples scènes et différents styles de musiques, à la fin de la saison Valmorel se transforme en dancefloor géant et ce, même à 2000 m d’altitude !

Il y a également une multitude d’activités estivales à découvrir. Avec 185 km de vélo de descente, une piscine extérieure de 25m, du tir à l’arc, un parc de loisir, mais aussi d’autres sports tel un pump track : parcours à bosses pour VTT, via ferrata, canyoning, rafting, airboating (hydroglisseur), parapente et parcours d’accrobranche pour en citer quelques-uns.


Credit photos : OTVVA/Scalp

Vamorel est à 15 minutes en voiture de Moutiers, 2 heures des aéroports de Genève et Lyon, et 4h15 de Paris via le TGV.

Nous avons une variété Importante de biens et de programmes neufs en dehors de la Haute Savoie. Afin de retrouver nos biens à vendre à Valmorel, cliquez sur ce lien.

Le ski de fond en Haute-Savoie

L’engouement pour le ski de fond ne cesse de croître. L’équipe de France de biathlon, dirigée par Martin Fourcade, cinq fois médaillé d’or aux Jeux olympiques et onze fois champion du monde, est très forte. Même mon pays d’origine, le Royaume-Uni, a un fondeur olympique, soit Andrew Musgrave, qui se classe dans les dix premiers aux Championnats du monde.

Le coût du ski alpin augmente, les pistes sont de plus en plus bondées et les gens commencent réellement à cerner les bienfaits de l’exercice quotidien : tout cela concourt à un regain d’intérêt envers le ski de fond.

Ski de Fond in Les Gets

Ski de fond aux Gets

On entend souvent dire que le ski de fond est le meilleur exercice cardiovasculaire. En effet, à la différence de la course à pied ou du vélo, il mobilise le bas et le haut du corps pour assurer la propulsion vers l’avant. À mon avis, cela est vrai lorsque la technique est au point, mais il est possible de skier à moindre effort. Le nombre de séniors qui pratiquent le sport en est une indication. Si je compare le ski de fond à la natation, c’est 50 % de technique et 50 % de condition physique, bien que dans les deux cas, vous arriverez à vous déplacer même en manquant de l’une ou de l’autre. Vous irez simplement plus vite en vous fatiguant moins si vous vous donnez la peine d’apprendre les bons gestes !

Combien en coûte-t-il de faire du ski de fond en Haute-Savoie ?

Il existe de nombreuses pistes gratuites (voir ci-dessous). Toutefois, si vous débutez, ces endroits ne conviendront probablement pas à cause de la location d’équipement, qui pourrait poser problème. Il vous faudra un foyer de ski de fond près du circuit, avec un service de location. Les foyers de ski de fond sont des lieux où vous pouvez vous changer et préparer votre journée, voire louer du matériel, dans la plupart des cas. La location s’élève habituellement à 10 – 15 € par jour pour les chaussures, les skis et les bâtons. Le forfait, quant à lui, est de l’ordre de 8 €. Peu de gens skient plus de quelques heures, donc les forfaits d’une demi-journée ne font pas réaliser beaucoup d’économies. Habituellement, 1,5 € !

L’achat d’équipement est une décision sensée, au-delà de quelques sorties. C’est chez Décathlon que vous vous en sortirez avec le plus petit budget (moins de 300 €), mais si vous voulez mieux, ski is the limit! Un forfait de saison est offert au prix de 120 € pour la Haute-Savoie, 150 € pour les Alpes du Nord et 210 € pour toute la France.

Ce qui suit est un guide des circuits de ski de fond en Haute-Savoie, rédigé par mes soins. Les différents lieux sont classés des plus grands aux plus petits. Ne sous-estimez pas les derniers éléments du guide, surtout si vous débutez. Une boucle de 5 km est souvent parfaite !

Les Aravis

(L’altitude de chaque site est indiquée entre parenthèses.)

La Clusaz, Les Confins (1 420 m) : 9 €, plus de 50 km de pistes. Probablement le plus grand domaine de ski de fond de la Haute-Savoie, avec un enneigement garanti. Ils stockent de la neige d’une année à l’autre pour ouvrir les pistes rapidement au début de l’hiver. 
laclusaz-nordic.com/

Manigod-La Croix Fry (1 600 m) : 9 €, 36 km de pistes. Il s’agit du Domaine nordique du plateau de Beauregard.
laclusaz.com/beauregard-plan-nordique

Le Grand-Bornand (1 250 m) : 9 €, 58 km de pistes et deux aires de biathlon (avec stands de tir) aux Plans dans la vallée du Bouchet et au stade Sylvie Becaert près du centre du village. Pour en savoir plus, visitez la page Ski nordique du site du Grand-Bornand, qui a le vent dans les voiles en ce moment dans l’univers du biathlon : la ville a accueilli récemment deux étapes de la Coupe du monde et cela n’est qu’un début. Le prochain rendez-vous est fixé en décembre 2019 : IBU World Cup Biathlon – Annecy-Le Grand-Bornand

World Cup Biathlon in Le Grande-Bornand Dec 2017

Coupe du monde de biathlon au Grand-Bornand en décembre 2017

Le Grand-Bornand, Chinaillon (1 300 m) : 27 km de pistes gratuites, accessibles depuis le centre de Chinaillon.

Le plateau des Glières (1 450 m) : 7,80 €, plus de 50 km de pistes et un lieu historique à découvrir. Un immense monument y a été érigé en mémoire des résistants de la Seconde Guerre mondiale qui ont pris le maquis sur ce plateau, ont été ravitaillés par l’aviation britannique, puis ont été massacrés par les Allemands. L’enneigement est garanti, ainsi qu’un début de saison précoce, grâce au snowfarming. Il est possible de s’y rendre par Le Petit-Bornand, mais si vous voulez partir du foyer, vous devrez passer par le côté d’Annecy et Thorens-Glières.

Praz de Lys avec le mont Blanc en arrière-plan

Praz de Lyz-Sommand (1 500 m)

8 € la journée, 60 km de pistes tous niveaux. Vaste et réputé, enneigement garanti. À 15 min de route des Gets et 25 min de Morzine.
https://www.prazdelys-sommand.com/activites/ski-de-fond/

Le Grand Massif

Samoëns (950 m) : 8,40 €, 30 km de pistes. Il s’agit des pistes de la vallée du Haut-Giffre. Bien enneigées, elles s’étendent de Verchaix à l’extrémité de la vallée à Sixt-Fer-à-Cheval, où se trouve le foyer (vous partirez probablement de là).

Joux Plane (1 700 m) : 8,40 €, 12 km de pistes, enneigement garanti et paysages pittoresques. Une belle côte en voiture depuis Samoëns ! 

Pour en savoir plus sur les deux sites :  valleeduhautgiffre.fr/domaine-nordique/

Flaine (1 844 m) : 2,5 km de pistes gratuites. Un lieu à fréquenter en début de saison compte tenu de l’altitude.  Également appelé « col de Pierre Carrée ».
flaine.com/fr/hiver/ski-nordique

Agy (1 260 m) : 8,40 €, 35 km de pistes. Un grand centre situé sur la commune de Saint-Sigismond, avec un foyer bien pourvu en matériel de location et un bar-restaurant accueillant.
centrenordiqueagy.com/

Alpes du Léman

Foyer des Moises (1 100 m) : 4,30 € seulement pour 46,5 km de pistes entre le col des Moises et le col de Cou, sur le site du centre de vol à voile estival. Vous trouverez des détails ici :  foyerdesmoises.com/

Espace nordique des Mouilles (1 083 m) : 8,40 €, 20 km de pistes + 20 km d’itinéraire entre le col du Terramont et le col de Jambaz.
hirmentaz-bellevaux.com/espace-nordique/

Plaine Joux-Les Brasses (1 200 m) : environ 30 km de pistes dans la vallée Verte, à mi-chemin entre Genève et Les Portes du Soleil (à 35 min du centre de Genève, plus précisément). 
lesbrasses.com/fr/hiver/glisse/ski-nordique/

Les Portes du Soleil

Châtel (1 000 m) : 8,80 €. Les circuits ne sont pas réellement à Châtel, mais à 5 km en aval, à La Chapelle-d’Abondance. Quand les conditions sont bonnes, 40 km de pistes sont ouverts. De plus, dans les hauteurs d’Abondance, il y a un petit domaine de ski de fond plat, gratuit et à enneigement garanti au lac des Plagnes. Toute l’information est fournie ici : abondance.org/ski-de-fond

Morzine, vallée de la Manche (1 100 m) : gratuit, mais pistes souvent abîmées par les marcheurs. Accès par autobus ou en voiture depuis Morzine. La partie la plus praticable se situe généralement de L’Érigné à Chardonnière en amont. La vallée autour de Chardonnière est très enneigée et assez plate, mais pour y arriver, il faut franchir un dénivelé ascendant de près de 200 m !

Haut du Pleney, Chavannes (1 500 m) : ce site devrait plutôt s’appeler « Morzine » ou « Les Gets ». L’accès aux pistes est gratuit. Prenez la télécabine du Pleney en tant que piéton (vous devrez payer pour cela), puis traversez la piste à pied jusqu’à une piste bleue. La boucle de 5 km fait un aller et retour aux Chavannes. Vous pouvez aussi aller aux Chavannes par la route pour économiser le billet de remontée mécanique !

Les Gets, mont Chéry (1 300 m) : gratuit. Quelques circuits de 5 km aller et retour du Belvédère au Mont-Caly. Accès par remontée mécanique.

Avoriaz (1 700 m) : gratuit. Accessible par la télécabine de Super Morzine ou en voiture via le parking de Séraussaix ou le col de la Joux Verte. 30 km de pistes à 1 700 m d’altitude avec enneigement garanti.
www.avoriaz.com/Plan-des-pistes-de-ski-de-fond

Mont Blanc

Chamonix (1 050 m) : 10 €, 20 km de pistes équipées de canons à neige et relativement plates pour commencer. Plus près d’Argentière, à l’extrémité de la vallée, le relief augmente légèrement.
https://www.chamonix.com/ski-nordique

Argentière (1 300 m) : 10 €, 15 km de pistes liées à celles de Chamonix.

Vallorcine (1 300 m) : 10 €, 11 km de pistes en réseau compact, inaccessibles depuis les autres secteurs.

Biathlon in Les Contamines

Biathlon aux Contamines

Les Contamines (1 170 m) : 4,30 €, 25 km de pistes. Un excellent domaine, fortement ombragé… un piège à neige, en quelque sorte ! Vous pouvez choisir vos pistes pour éviter les reliefs importants. Le site accueillera bientôt la seule piste de ski à roulettes estival de toute la Haute-Savoie.
lescontamines.com/nordic-ski-domain/

Megève (1 400 m) : 8 €, 38 km. Grand domaine bien entretenu en amont de l’altiport, sur un terrain vallonné et varié. 
megeve.com/fr/glisse-ski/ski-de-fond/

Je m’en suis globalement tenu aux domaines de ski de fond associés à des stations de ski. Il existe toutefois d’autres foyers :

  • Orange (près de La Roche-sur-Foron)
  • Semnoz (près d’Annecy)
  • Le Salève (près de Genève)
  • La Chapelle-Rambaud (près de nulle part !)

Les sites Web spécialisés sont notamment les suivants :

En résumé, voici une carte très intéressante qui couvre toute la région :
https://skidefond74.com/ Bon ski de fond !

Faire construire son chalet dans les Alpes

On nous demande souvent combien il en coûte de faire construire son propre chalet dans les Alpes. En 2014, ma réponse était « environ 2 500 €/m² hors taxes ». Aujourd’hui, en 2019, nous citons 3 000 €/m² hors taxes (TVA exclue) à titre de référence. Normalement, nous donnons ce chiffre en ajoutant « bien sûr, le prix dépend de tellement de facteurs » – telles la surface de plancher, la qualité des matériaux et de l’équipement, la facilité de construction sur le site ou la proximité des services. Comme vous devrez très probablement vous acquitter de la TVA, calculez plutôt 3 600 €/m² toutes taxes comprises : vous aurez un bon point de départ. Ainsi, pour bâtir un chalet cinq-pièces de 140 m², comptez une somme de l’ordre de 500 000 €, après l’achat du terrain.

Chalet du Crêt près de Morzine – construction en panneaux isolants structuraux (SIP).

Lorsque je fournis de tels chiffres à des clients basés au Royaume-Uni qui s’y connaissent en coûts de construction, cela les laisse sans voix. Ces temps-ci, on peut acheter des maisons là-bas pour beaucoup moins cher. À approximativement 1 600 €/m², sans TVA en sus. Voire encore moins… Comment se fait-il qu’il y ait un tel écart ? J’ai répertorié quelques éléments de réponse ci-dessous.

· Tout coûte plus cher dans les Alpes. En particulier les matériaux et, surtout, la main d’œuvre. En fait, tout est plus cher en France.

· Nous comparons des pommes et des oranges. Le chalet alpin moyen est de meilleure qualité qu’une maison bon marché au Royaume-Uni.

· Les méthodes de construction employées dans les Alpes sont plus onéreuses. Les habitations comportent généralement un sous-sol en béton surmonté d’un ou plusieurs étages. Cette structure très robuste est parfois nécessaire compte tenu des risques de tremblement de terre et d’avalanche. Mais c’est aussi une question de façon de faire, à l’instar des maisons britanniques qui sont traditionnellement construites en briques ou en parpaings. De plus, les terrains constructibles sont souvent en pente et requièrent des fondations sophistiquées.

Il existe toutefois des moyens de réduire ces coûts. Les voici, un par un :

  • Je ne vais pas vous suggérer d’importer vos matériaux, voire votre main d’œuvre, de quelque pays lointain (bien que cela se fasse et puisse vous faire réaliser des économies !).
  • Réaliser un chalet de basse qualité n’est pas un bon calcul : il serait honteux de gaspiller des ressources prélevées à même la planète pour bâtir une maison qui ne serait pas conçue pour durer.
  • Sur les méthodes de construction, par contre, il y aurait des économies à réaliser, non sans rapport avec les premier et deuxième points. Je veux parler des chalets en kit.

Mon voisin, charpentier de métier, vient de bâtir un chalet principalement à l’aide de techniques traditionnelles. Le sous-sol, de même que certains murs du rez-de-chaussée, sont en béton. Cependant, la charpente principale a été fournie en kit. Les murs, prêts à être montés, ont été livrés par camion. Quoique limité dans son budget, il ne se résoudrait pas à habiter dans une boîte en carton ! Ses coûts de construction seront largement inférieurs à 2 500 €/m².

Chalet neuf Bechigne à Chatel – une construction traditionnelle

L’entreprise ECSUS Design a construit quelques-uns des chalets que nous avons vendus récemment. Son équipe se charge de concevoir votre habitation ou d’adapter une structure existante. L’utilisation de panneaux isolants structuraux (SIP), qui sont élaborés avec précision et coupés aux dimensions requises, permet une construction exceptionnellement rapide et offre d’excellentes performances thermiques. La structure principale, imperméable, peut être érigée en seulement 3 à 4 semaines. Un bricoleur intrépide peut ensuite réaliser la finition, ou bien ECSUS peut vous remettre le chalet clé en main. Le coût moyen d’une structure en SIP avoisine 450 €/m², soit environ 30 % du coût global d’un chalet neuf, ce qui signifie qu’une construction entièrement gérée peut revenir à moins de 3 000 €/m².

J’ai visité ce site pour voir de quoi ont l’air les maisons en « A » à bas prix : https://avrame.com/.

Pour mémoire, voici la liste des billets pertinents que j’ai publiés précédemment sur le sujet :

https://blog.alpine-property.com/2017/01/02/eco-building-alps/

https://blog.alpine-property.com/2014/03/18/un-eco-chalet-dans-les-alpes/?lang=fr

https://blog.alpine-property.com/2018/07/26/land-for-sale-in-the-alps/

Le marché d’Alpine Property – juillet 2019

Quand vous travaillez pour une agence immobilière, toute nouvelle connaissance vous demande « comment va le marché ? » assez rapidement dans la conversation. Question de politesse, je suppose ! Mais au-delà des civilités, cela intéresse réellement notre clientèle. Par conséquent, dresser un état du marché fait partie de nos tâches récurrentes.

J’ai couché mes idées par écrit sur le sujet à plusieurs reprises. Ce blogue contient des articles sur le marché datant de 2017, 2014, 2013, 2011, 2010 et 2009 (deux fois !). Je remarque que mes mois favoris pour produire ce rapport sont juin et juillet. Rien d’étonnant à cela, quand on consulte les statistiques du site d’Alpine Property pour l’année.

Juin est le mois où le site est le moins fréquenté ; les nouvelles demandes de renseignements suivent la même tendance. L’activité reprend en juillet, puis le volume se maintient en automne. Nous continuons à faire des visites pendant ces mois tranquilles, toutefois elles ont souvent été organisées un ou plusieurs mois d’avance. Comme la plupart des appartements, maisons ou chalets à vendre sont loués pendant la saison, il est logique de les visiter en dehors des périodes de vacances, au moment où elles ont le plus de chances d’être vacantes. 


J’ai regardé rapidement si je pouvais dégager une tendance en ce qui concerne les dates d’achèvement. Je n’ai rien trouvé. D’une année à l’autre, nos pics d’achèvements semblent totalement aléatoires : aucun mois ne se démarque.

Rapport sur le marché

Passons mes réflexions sur les variations saisonnières. Qu’en est-il du marché réel ? De manière générale, ses conditions ressemblent beaucoup à celles de 2017. Probablement en mieux. En 2017, je faisais état d’une bonne stabilité, d’un nombre égal d’acheteurs et de vendeurs. L’hiver dernier a été très occupé chez nous. À vrai dire, c’était l’un des plus frénétiques que nous ayons connu en 20 ans d’activité ! Nous avons même eu une impression de surchauffe.

L’enneigement avait été bon. Un peu tardif, certes, mais abondant et ensoleillé ! Notre principale base de clientèle est française ; elle demeure dynamique. Nos clients anglophones ne veulent plus entendre parler du Brexit, par conséquent pour beaucoup d’entre eux, les affaires continuent. Nos acheteurs domiciliés en Suisse ont toujours bon moral et aiment notre région. En troisième position ex æquo, on trouve maintenant les clients belges ou néerlandais. Ils ont toujours été présents, mais ils sont plus nombreux cette année. Le rêve de posséder une résidence secondaire dans les montagnes perdure ! La surchauffe s’est calmée à partir de juin-juillet 2019 sous l’effet d’une baisse du taux de change €/£. Cela est très lié au Brexit.

Au fil des années, nous avons parlé de la langue dans laquelle nos clients s’expriment, et non de leur nationalité. Toutefois, nous pourrions aussi parler des grandes villes dans lesquelles ils résident. Londres et Paris arrivent en tête, bien entendu, suivies par Genève, mais il est aussi question de Bruxelles et d’Amsterdam maintenant. L’une des conséquences inattendues du Brexit est le délaissement de Londres au profit de ces dernières villes européennes. Il va sans dire que Genève est si bien connectée avec chacune d’elles ! C’est une autre raison pour laquelle notre région reste si prisée.

Effet du taux de change

Le graphique ci-après pourrait vous laisser penser que la « bulle » de cette année était liée au taux de change. Je ne crois pas que cela soit le cas. Premièrement, parce que notre clientèle basée au Royaume-Uni ne représente désormais que 40 % de notre marché. Deuxièmement, bien que ce graphique soit impressionnant, il ne l’est pas si l’on regarde la courbe sur plusieurs années. La deuxième image est révélatrice à cet égard : le taux de change a peu fluctué au cours des trois dernières années.

Taux de change €/£ sur 1 an

Taux de change €/£ sur 5 ans

Le grand changement qui a marqué l’année est l’arrivée de nombreux appartements neufs dans toutes les grandes régions de ski. Ces appartements, généralement bien situés, répondent à des spécifications très exigeantes et affichent des prix à la mesure de leur luxe. À tel point que nous leur avons créé une page spéciale sur notre site Web :

https://alpine-property.fr/programmeneuf

Vous trouverez sur cette page 18 nouveaux complexes résidentiels avec des appartements à vendre partout en Haute-Savoie. Ces nouveaux immeubles ont « poussé » grâce à la santé du marché, mais aussi à la suite d’un changement gouvernemental touchant aux zones constructibles. Afin d’augmenter la densité de population dans les villes et, à l’opposé, de préserver les ceintures vertes, les autorités locales se sont vu demander d’assouplir leurs règlements d’urbanisme. Ces appartements neufs en sont le résultat !

Rapports antérieurs

https://blog.alpine-property.com/2017/06/07/le-marche-dalpine-property-en-juin-2017/?lang=fr

https://blog.alpine-property.com/2014/02/01/rapport-sur-le-marche-immobilier-a-saint-gervais/?lang=fr

https://blog.alpine-property.com/2013/07/19/rapport-dalpine-property-sur-le-marche-immobilier/?lang=fr

Et en anglais seulement :

https://alpschaletforsale.wordpress.com/2011/03/29/french-property-market-2010/

https://alpschaletforsale.wordpress.com/2010/01/08/property_market_alps_france/

https://alpschaletforsale.wordpress.com/2009/08/04/state-of-the-market/

https://alpschaletforsale.wordpress.com/2009/03/30/spring-alpine-property-market-review/

Véhicules électriques et panneaux solaires : pas si verts que cela

Mythes et fausses nouvelles

Avant toute chose, lorsqu’il est question de moyens de transport et d’écologie, il faut comprendre que tout déplacement a un coût environnemental. Certains modes de transport sont toutefois plus coûteux que d’autres.

La désinformation va bon train ces temps-ci dans les médias sociaux, certaines personnes essayant de faire croire que les voitures électriques ne sont pas vertes. Mais rappelez-vous à qui ces voitures font de l’ombre : les compagnies pétrolières et le lobby de l’automobile, tous deux extrêmement puissants et mauvais joueurs quand il en va de leurs intérêts. La raison pour laquelle les compagnies pétrolières haïssent les véhicules électriques est évidente. Elle l’est beaucoup moins dans le cas des constructeurs automobiles, par contre. Leur problème est qu’ils ne peuvent pas engranger des profits à court terme avec ces voitures. Ils changeront de disque en temps opportun, quand ils seront réoutillés pour ces dernières. La transition est amorcée, mais elle s’étalera sur plusieurs années. Tesla, Nissan-Renault et, dans une moindre mesure, BMW ont pris les devants. Ils ne sont suivis par pour ainsi dire personne. Et à eux trois, ils n’ont en réalité que trois modèles différents à vendre.

Il est vrai qu’un véhicule électrique (VE) neuf a un coût environnemental supérieur à un véhicule équipé d’un moteur à combustion interne. Cependant, dès que ces deux véhicules se mettent à rouler, la situation s’inverse : le coût environnemental du véhicule à énergie fossile rattrape rapidement celui du VE. En effet, les voitures qui brûlent du diesel ou de l’essence émettent continuellement du CO2 dans l’atmosphère, tandis que le coût environnemental initial élevé d’une voiture électrique est principalement lié à la fabrication de sa batterie.

Recyclage

Les panneaux solaires à base de capteurs photovoltaïques suivent la même logique : leur fabrication pèse lourd sur la planète, mais à la fin de leur cycle de vie, ils ont plus que remboursé leur dette environnementale. Ils sont censés durer 30 ans, au minimum. Que leur arrive-t-il ensuite ? Essentiellement composés de verre, comme de simples bouteilles de vin, ils peuvent être recyclés. Idem pour les batteries. Elles peuvent être soit reconverties, par exemple pour servir dans une maison, soit recyclées. J’aimerais beaucoup acheter de vieilles batteries de VE pour mon domicile, si je pouvais les obtenir à un bon prix !

Vous trouverez ci-dessous une superbe illustration qui explique (en anglais) le recyclage des panneaux photovoltaïques. Elle émane de l’entreprise GreenMatch.

The Opportunities of Solar Panel Recycling

Recycling: A Solar Panels Life after Death [infographic]

Si tout le monde avait une voiture électrique, le réseau public ne répondrait pas à la demande : il faudrait construire 20 centrales nucléaires de plus.

Ça en est une autre que j’entends souvent ! Cette phrase est basée sur des calculs erronés, notamment l’hypothèse selon laquelle tout le monde utiliserait sa voiture électrique au maximum de la capacité de la batterie quotidiennement, puis brancherait son véhicule en même temps pour le recharger ! Si tel était le cas, il y aurait effectivement un problème. Toutefois :

  1. Beaucoup d’eau coulera encore sous les ponts avant que tous les automobilistes aient un VE (actuellement, seulement 3 % des voitures neuves sont entièrement électriques).
  2. Le trajet quotidien moyen est de l’ordre de 30 km par voiture : nous n’allons pas très loin chaque jour. Et nous ne rechargeons pas tous nos véhicules simultanément.
  3. La manière dont nous utilisons l’électricité change rapidement. Le plus gros problème en vue est le stockage de l’énergie produite de jour par les panneaux photovoltaïques et les éoliennes. Les batteries des VE pourraient être la solution. La technologie n’en est qu’à ses balbutiements, mais une combinaison de VE utilisés pour stocker de l’énergie et la distribuer aux autres aux heures de pointe pourrait créer une vraie révolution.

Ce dernier argument est avancé par les grandes entreprises énergétiques, qui ont cependant l’habitude de tuer dans l’œuf les nouvelles technologies qui menacent leur suprématie. Comme en témoigne le batteur de Salter.

Source : Batteur de Salter.

The untimely death of Salter’s Duck

D’autres sources relatives au présent billet :

Les modes de transport les moins polluants

How green are electric cars?

Electric vehicles could save billions on energy storage ; Stocker de l’énergie grâce au véhicule électrique

Where 3 Million Electric Vehicle Batteries Will Go When They Retire ; La seconde vie des batteries de voitures électriques usagées