Vacances dans les Alpes en 2021

This post is also available in: English (Anglais)

Traduction automatique 😔

Les remontées mécaniques sont fermées au public. Les hôtels fonctionnent uniquement avec le service d’étage. Les restaurants sont «fermés». Les douaniers vérifient les skis lorsque vous traversez la frontière franco-suisse. Il n’y a pas d’échappatoire, c’est une période délicate pour l’industrie des vacances dans les Alpes.

Les vacances sur le continent n’ont jamais été faciles. J’en ai quelques preuves. J’ai rassemblé quelques livres de la fin des années 1800 auxquels je vais faire référence ci-dessous, j’ai également fait une descente sur les photos de vacances de mes grands-mères de 1934. Les vacances étaient des voyages longs et coûteux. À certains égards, cela pourrait les rendre plus mémorables. Gardez cela à l’esprit lorsque vous déplorez le manque actuel de commodités.

Edward Whymper

Edward Whymper est célèbre pour la première ascension du Cervin en 1865 lors de sa huitième tentative. J’ai un premier exemplaire de son best-seller “Scrambles 1860-69”, Whymper n’était pas un homme riche, un graveur, il a d’abord été envoyé dans les Alpes en voyage de travail, pour documenter une ascension par d’autres du Mt Plevoux dans le Dauphiné, au final, l’ascension a échoué. Le guide français engagé a encouragé Whymper à réessayer, ils ont réussi et à 20 ans, un alpiniste est né. C’était avant que la photographie ne devienne pratique, donc ces gravures étaient moins d’art et plus de documentation. Voyager dans les Alpes à cette époque se faisait en train et prenait des jours, le coût aura été élevé. Le tourisme n’était pas nouveau. La première ascension du Mont Blanc avait été en 1786.

J’ai sélectionné quelques pages de Scrambles qui traitent des guides de montagne de Chamonix.

Alfred Wills est de la même époque. Peut-être 10 ans avant Whymper. Un autre célèbre touriste alpin. Il avait cependant de l’argent, c’était un juge célèbre. Célèbre parce qu’il a présidé le procès pour grossière indécence de Oscar Wilde. Wills a acheté un «chalet» près de Samoëns, il est toujours là et toujours dans sa famille je crois. Remontée de la vallée à 1350m à quelques kilomètres à pied du début de la route. «Chalets de Fonts», plus haut sur la colline, le Refuge d’Anterne porte son nom. À cette époque, Samoëns était un choix évident pour des vacances, il était relié par chemin de fer au réseau principal. J’ai son livre, “Wanderings” à partir de 1853.

Voici la première page. Une mention de son voyage de 4 jours à Chamonix et comme Whymper il en a profité pour faire une fouille chez les guides de Chamonix.

My Grandmother

Ma grand-mère a beaucoup voyagé en Europe dans les années 30. Cela aurait été possible grâce à sa riche expérience. La première fois que j’en ai eu connaissance, c’est en lui rendant visite avant sa mort en 2005. Elle avait 94 ans à l’époque et n’avait pas beaucoup de sens. Je lui ai dit que je vivais dans les Alpes alors elle m’a demandé où. J’ai dit que c’était près de la frontière franco-suisse. Sa réponse a été de me diriger vers un tiroir et de me demander de sortir ses albums photos, en disant qu’elle était sûre qu’elle avait skié près de là quand elle était plus jeune. Ses albums étaient assez bien enterrés, mais je les ai sortis et j’ai commencé à les feuilleter. Les photos étaient si bonnes que j’ai supposé qu’il s’agissait d’une collection de cartes postales. Grâce à sa vision ratée, ma grand-mère n’a pas pu me guider à travers eux. J’ai continué à tourner les pages, ne croyant pas vraiment ce que je regardais jusqu’à ce que je commence à reconnaître une partie de l’architecture, je pouvais voir que le libellé de l’un des hôtels était également en français. Et puis enfin j’ai vu les Dents du Midi, quand je les ai vues j’ai su qu’elles avaient été prises au-dessus de Morgins. Juste à ma porte. J’ai été stupéfait. Ces images étaient datées de 1934.

Pour autant que je sache, la première remontée mécanique de Morgins fut la Foilleuse, construite en 1958, un télésiège monoplace

https://www.remontees-mecaniques.net/bdd/reportage-tsd3-de-la-foilleuse-wso-stadeli-lift-129.htm

Et d’après les photos, il était clair que «skier» à l’époque signifiait monter les collines. Il n’y avait pas du tout de remontées mécaniques. Les skis étaient énormes et fabriqués à partir de bois massif, les peaux qu’ils attachaient au bas pour donner une adhérence permettant le mouvement en montée étaient en peau de phoque.

Je ne peux pas m’empêcher d’écrire quelques lignes de plus sur ma grand-mère. Depuis sa mort, nous avons examiné de plus près certains de ses autres papiers, nous avons son passeport de l’époque. Parmi les timbres, il est clair qu’elle a effectué une demi-douzaine de voyages en Autriche, en Yougoslavie et en Suisse en 1937 et 38. Une période très «active» politiquement pour ces régions.

https://en.wikipedia.org/wiki/Anschluss#German_troops_march_into_Austria

En plus de mentionner qu’elle conduisait une ambulance, Granny n’avait pas beaucoup parlé de son temps dans la guerre. Nous avons trouvé une photo officielle d’elle. L’uniforme des officiers suggère qu’elle a fait plus que conduire une ambulance. Mon oncle a récemment demandé son record de guerre. Il semble qu’elle a effectivement commencé à conduire des ambulances pendant le Blitz, mais a ensuite travaillé pour divers groupes de brigade antiaérienne, puis en 1945, elle a été affectée au CSDIC (c’était Military Intelligence – Centre d’interrogation détaillé des services combinés) où nous supposons qu’elle a utilisé ses compétences en allemand (l’école de finition suisse avait ses utilisations). Puis après la fin de la guerre en 1946, elle a passé 6 mois en Allemagne avec BAOR (British Army of the Rhine). Cette fois, elle a coïncidé avec son passage au CSDIC. Exactement ce qu’elle faisait est classifié. Encore un autre exemple de la modestie de sa génération.

Un tour des Alpes à vélo 1937

Les vacances dans les Alpes de l’entre-deux-guerres ne se limitaient pas aux aisés. Je suis récemment tombé sur un article écrit sur 3 amis de Middlesbrough et Stockton-on-Tees. Ils ont été inspirés de prendre le train pour Munich et de parcourir avec leurs vélos la Bavière, le Tyrol autrichien et les Dolomites. Leurs photos sont fabuleuses et peuvent être vues sur ce lien. Certaines de ces photos et les photos de ma grand-mère se chevauchent. Même endroit, même année!

http://drmarionb.free.fr/1937CyclingTour/Pages/16.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.