Qu’est-ce qu’une Spartan Race ?

Il s’agit d’une course à obstacles de type « parcours du combattant » sur une longueur de 4 à 42 km. Cette épreuve a vu le jour il y a 10 ans aux États-Unis, et la franchise est désormais exploitée dans 14 pays. En France et au Royaume-Uni, par exemple, il se tient une demi-douzaine de courses Spartan chaque année. À l’échelle européenne, les courses accessibles sont évidemment très nombreuses, au rythme d’un ou deux événements par week-end pendant toute la durée du printemps et de l’été. Aux États-Unis, il existe même une série télévisée dérivée !

 

 

À Morzine en 2017, environ 8 000 personnes au total ont participé au Spartan Sprint, au Super Spartan, au Spartan Beast et à l’Ultra Beast. 60 obstacles jalonnaient les 42 km de l’Ultra, que les meilleurs ont couverts en 7 h ; je crois que les derniers ont terminé en plus ou moins 12 h !

 

 

Les obstacles semblent consister en un grand nombre de rivières, des murs glissants, des pentes abruptes, des lancers de javelot, des ponts de singe, des cordes, encore des cordes, et si vous échouez à franchir l'un de ceux-ci, la pénalité est de 30 « burpees », un burpee étant une pompe suivie d’un saut de grenouille. D’après ce que j’ai vu, certains obstacles sont presque impossibles à passer en état de fatigue, par conséquent cela signifie beaucoup de burpees ! Et pour finir sur une note spectaculaire, le dernier obstacle est un feu à sauter !

 

 

Chaque rencontre requiert une énorme organisation : du personnel permanent et des bénévoles doivent remuer une grande quantité de boue pour construire les fameux obstacles et gérer l’événement lui-même pendant tout le week-end. Les frais d’inscription, qui dépendent de la longueur de la course, s’échelonnent de 40 à 240 €.

 

 

Posted on by Gareth Jefferies


Leave a comment

En avril 2009, j’ai écrit une première fois sur le projet de téléphérique qui reliera Morzine aux Prodains, puis à Avoriaz, c’est-à-dire l’Express Morzine-Avoriaz (EMA). Ce projet s’inscrivait dans un plan de développement proposé par la Mairie. Mais quand la candidature du département aux Jeux olympiques d’hiver a été rejetée, plusieurs pensaient que l’EMA tomberait aux oubliettes avec elle.

Dans mon premier écrit (en anglais seulement), je recensais les différents projets du moment :

  1. « Le téléphérique des Prodains doit être remplacé : il est usé, peu fonctionnel et voué à la fermeture du simple fait qu’il se trouve (en plein) dans une zone d’éboulements ». C’EST FAIT.
  2. « Tout le secteur des Prodains est à restructurer, mais il est trop encombré pour accueillir l’infrastructure actuelle ». FAIT EN PARTIE AVEC LE POINT 1.
  3. « La Région (Haute-Savoie) vient juste d’être autorisée à déposer sa candidature pour les Jeux olympiques d’hiver de 2018 ». NOUS AVONS PERDU ! C’EST PYEONGCHANG qui accueillera les Jeux l’an prochain.
  4. « Avoriaz entre dans une ère de transformation et d'expansion majeure. Si vous souhaitez être de la partie, sachez que nous avons quelques appartements neufs à vendre. » C’EST FAIT.

Malgré cela, le projet de liaison Morzine-Les Prodains progresse toujours à grand-peine. En 2013, les promoteurs ont réalisé une vidéo de présentation :

Il y a eu diverses objections dans la collectivité, mais la Mairie et la plupart des gens auxquels j'en ai parlé demeurent favorables. Le mois dernier, un article de questions et de réponses est paru dans l’un des journaux locaux (http://www.lemessager.fr/chablais/a-morzine-la-creation-d-un-telepherique).

En résumé, cet article dit ceci :

1 . L’EMA s’intégrera dans un vaste projet d’urbanisme qui sera mis en œuvre dans le secteur du stationnement situé entre la Poste et la rue du Bourg. Le projet inclut une nouvelle gare routière, un nouveau parking et des logements sociaux.

2 . La liaison permettra d’abolir 320 trajets de navette par jour et de se rendre à Avoriaz beaucoup plus rapidement. Elle devrait entrer en service en 2020 ou en 2021 et coûter 50 millions d’euros.

3 . C’est l'exploitant des remontées mécaniques d’Avoriaz qui paiera.

4 . En plus de ce qui a été achevé en 2010, Avoriaz devrait se doter de 2 000 lits touristiques supplémentaires, grâce au Club Med et à Pierre & Vacances.

Il est évident que l’EMA tient bon. La Mairie défend bec et ongles le dossier environnemental et économique du projet. Ces deux arguments ont un effet de poids auprès des instances dirigeantes de la Région. De plus, le maire soutient que Morzine est une entreprise, et le mauvais enneigement de l’année dernière plaide en faveur de sa vision des choses. Pour une skieuse ou un skieur de Morzine, plus vite on est à Avoriaz, mieux c’est !

Que disent les autres médias ?

Le côté suisse des Portes du Soleil annonce 107 millions de francs suisses d’investissements pour les 10 prochaines années. Vous trouverez des détails ici :

https://www.remontees-mecaniques.net/forums/Les Portes du Soleil pg 58

La Municipalité des Gets a approuvé près de 9 millions d’euros de travaux pour son domaine. La majeure partie sera consacrée au remplacement du télésiège principal du Ranfoilly :

https://www.remontees-mecaniques.net/forums/Les Portes du Soleil pg 54

La liaison de Saint-Jean-d’Aulps aux Gets fait toujours l’objet de pourparlers, car elle rencontre une opposition environnementale considérable :

http://www.lemessager.fr/chablais/liaison-les-gets-saint-jean-d-aulps-necessite-ou-heresie

Posted on by Gareth Jefferies


Leave a comment

Les vélos à assistance électrique, autrement appelés VAE ou e-bikes, sont la sensation de l’heure dans les Alpes. À vrai dire, ils sont le grand centre d’intérêt de l’ensemble de l’industrie du vélo ; ils constituent un segment de marché en forte croissance, et l’industrie a toujours besoin de croissance. Les chiffres les plus récents que j’ai trouvés sur bike-eu.com indiquent que 23 % des 325 000 bicyclettes vendues l’an dernier en Suisse étaient à assistance électrique, portant le nombre total d’e-bikes helvétiques à 400 000 ! Ici, LeMonde.fr fournit les chiffres équivalents pour la France et les compare avec ceux de l’Allemagne et de la Belgique. Apparemment, les ventes de VAE s’ajoutent à celles des vélos classiques.

Étant fou de vélo depuis ma prime jeunesse, je trouve cela assez logique. En effet, les e-bikes démocratisent le cyclisme, le mettant à la portée de tous, pas seulement des personnes en forme physiquement. Cela est particulièrement vrai dans les montagnes. Je viens de terminer une traversée cycliste des Alpes jusqu'à Nice en six jours, et je n’arrête pas de me dire qu’avec un VAE et un minimum de passion pour la petite reine, tout le monde aurait pu en faire autant. Comme on pouvait s’y attendre, j’ai vu beaucoup de VAE. J’ai également constaté que ma carte IGN avait été adaptée pour les e-bikes.

Depuis quelques années, le domaine des Portes du Soleil s’affaire à promouvoir le VAE ; plus de 20 magasins en louent, et la plupart des renseignements utiles, y compris une carte, se trouvent sur cette page Web :

http://www.portesdusoleil.com/ete/vtt-electriques.html

Un salon international du vélo électrique a vu le jour :

http://www.morzine-avoriaz.com/agenda-bikelec-salon-international-du-velo-electrique.html

Mes recommandations habituelles sont toujours en vigueur dans ce domaine : à moins d’être très habile sur votre deux-roues, quitter le bitume ou les pistes cyclables pour des sentiers de VTT comporte des risques. Il est bon de débuter avec un guide. Pour les intrépides, j’ai relevé quelques pistes faciles dans les Portes du Soleil dans cet autre billet :

http://blog.alpine-property.com/fr/2016/05/24/family-friendly-mountain-biking-morzine/

Chaque année, le domaine accueille un énorme événement de VTT, le PASS'PORTES du Soleil MTB ; je profite immanquablement de l’occasion pour essayer gratuitement les modèles électriques Lapierre en démonstration. Cette année, pour la première fois, il y avait une ePass’Portes. Le parcours suivait l’une de mes routes préférées, avec quelques remontées mécaniques pour faire bonne mesure. Si vous pouvez y aller, vous allez passer une excellente journée !

Certaines personnes ne comprennent pas la pertinence des e-bikes ; j’ai mes « pour » et mes « contre ».

Pour

  1. Ils donnent la possibilité de faire du VTT dans les montagnes sans remontées mécaniques, donc hors saison, tard le soir ou hors piste. Ils peuvent vous faire économiser 27 € de forfait par jour !
  2. Ils harmonisent les capacités d’un groupe disparate. Les plus rapides n’auront pas à attendre 20 minutes à la fin de l’ascension... pour annoncer qu’ils sont prêts à repartir 10 secondes après l’arrivée de ceux qui peinent à suivre !
  3. De la même manière, ils peuvent être utiles aux couples qui veulent rouler ensemble. Finis les tandems !
  4. Le vélo est un sport merveilleux, qui intimide parfois par manque de condition physique. Un VAE peut résoudre le problème.

Contre

  1. Les e-bikes coûtent cher.
  2. Ils sont lourds.
  3. Ce sont quasiment des véhicules à moteur, et à cause de cela, les e-cyclistes pourraient mal « cohabiter » avec les autres utilisateurs de nos espaces sauvages.
  4. Après en avoir essayé un, le retour au vélo sans assistance est laborieux !
  5. Leur technologie change rapidement, aussi les modèles de l’an prochain seront plus performants et moins onéreux que ceux de cette année !*

*J’en ai loué un chaque année depuis quelques temps et chaque fois, j’ai pensé « ils y sont presque ». Cette année, j’ai utilisé un modèle 2017 et me suis dit que les fabricants avaient réussi – qu’ils y étaient arrivés. Excepté le poids de la machine (imperceptible en mouvement) et l’autonomie (j’ai parcouru 30 km et gravi 700 m de dénivelé), je ne vois pas ce qui pourrait être amélioré.

*Je viens d’apprendre que Bosch (l’un des principaux fabricants de moteurs de VAE) a ajouté un système de freins antiblocage (https://www.bosch-ebike.com/fr/actualites-et-articles/nouveautes/nouvel-systeme-abs-pour-velos-a-assistance-electrique/)… On n’arrête pas le progrès !

Posted on by Gareth Jefferies


Leave a comment

La Route des Grandes Alpes, c'est 700 km de distance, 16 000 m de dénivelé et 42 h de vélo. Vous pouvez choisir de la parcourir à n’importe quel rythme, pourvu que ce soit le vôtre. Nous l’avons terminée en une semaine, mais je connais des gens à qui il a fallu moitié moins de temps. En règle générale, les cyclistes se font accompagner par un véhicule de soutien ; une petite minorité transporte son équipement de camping. Quant à nous, nous avons roulé seuls, mais nous avons dormi à l’hôtel ou dans des chambres d’hôtes.

Le site Web officiel de la Route se trouve ici :

http://www.moveyouralps.com/fr/route-des-grandes-alpes/itineraire

Et l’indispensable carte, là :

https://ignrando.fr/boutique/route-des-grandes-alpes.html

Si vous pouvez utiliser une carte, tenez-vous-en à elle : nous n’avons fait qu’une erreur minime sur plus de 700 km. Si les cartes et vous font deux, téléchargez l’itinéraire sur un GPS.

Nous sommes partis de chez nous, à Saint-Jean-d’Aulps, toutefois la Route proprement dite passe 25 km en aval, à Thonon-les-Bains.

Mes conseils

№ 1 : Ne commencez pas par une grosse étape comme nous !
№ 2 : Intercalez éventuellement une journée de repos dans votre programme.
№ 3 : Si les ascensions de plusieurs heures, tels les cols de l’Iseran (47 km) ou du Galibier (35 km), ne sont pas votre tasse de thé, coupez-les en deux en vous arrêtant à Val-d’Isère ou à Valloire, respectivement. La plupart des groupes accompagnés par un guide le font, mais certes, les puristes mettront un point d’honneur à franchir ces cols sans nuit de repos...

Nos étapes

Jour 1 : Saint-Jean-d’Aulps-Beaufort
121 km, 3 036 m, 7 h 30.
Cols de la Colombière, des Aravis et des Saisies
https://www.strava.com/activities/1026867342
Jour 2 : Beaufort-Lanslevillard
123 km, 3 440 m, 8 h 46
Cormet de Roselend et col de l’Iseran
https://www.strava.com/activities/1028482032
Jour 3 : Lanslevillard-Briançon
113 km, 2 153 m, 6 h 19
Cols du Télégraphe et du Galibier
https://www.strava.com/activities/1029738653
Jour 4 : Briançon-Jausiers
Cols d’Izoard et de Vars
94 km, 2 255 m, 6 h
https://www.strava.com/activities/1031659585
Jour 5 : Jausiers-Valdeblore
90 km, 2 016 m, 5 h 26
Col de la Bonette
https://www.strava.com/activities/1033081333
Jour 6 : Valdeblore-Nice par Menton
Cols Saint-Martin, de Turini, de Castillon et d’Èze
116 km, 2 307 m, 6 h 25
https://www.strava.com/activities/1034522066
Jour 7 : retour à Thonon (8 h de train), puis à Saint-Jean-d’Aulps à vélo
25 km, 424 m, 1 h
https://www.strava.com/activities/1036609383

 

Posted on by Gareth Jefferies


Leave a comment

Récemment, on m’a posé la question suivante à plusieurs reprises : « Alors, comment se porte le marché immobilier alpin ? ». À intervalles réguliers, je note mes réflexions sur le sujet, à des fins de référence ; ce blogue me paraît un médium tout indiqué pour perpétuer la tradition.

Si vous voulez gagner du temps, le message clé est le suivant : l’équilibre entre les acheteurs et les vendeurs semble bon. Les Français sont dynamiques, mais les nouvelles requêtes britanniques sont hésitantes. Les Britanniques qui cherchent un bien immobilier sans se presser profitent de l’offre abondante et nous valent un grand nombre de ventes.

  • Mais revenons en arrière : depuis mes débuts dans l’immobilier en 2000, j’ai observé une hausse constante de l’intérêt envers les maisons et les appartements au ski en Haute-Savoie, jusqu’à ce que le marché atteigne un sommet en 2006-2007. La chute m’a donné l’impression d’une bulle qui éclate, et avec le recul, j’avais raison ! La crise bancaire de l’automne 2008 a tout paralysé pendant six mois, puis le marché s’est rétabli lentement jusqu’à un nouveau sommet, le « boum » de 2015. Ensuite, nous avons eu le Brexit en juin 2016 ; le marché est encore en train de prendre la mesure du changement. La situation actuelle ne ressemble en rien à celle de 2009, mais l’intérêt a certainement « fondu » légèrement depuis un an.En résumé :
    • Les Français sont actifs. En règle générale, ils sont vraiment contents du résultat de l’élection présidentielle et plutôt optimistes quant aux élections législatives de dimanche prochain. L’idée que le pays se rangera derrière le président Macron et « En marche ! » pour leur donner une majorité au Parlement est dans l’air. Emmanuel Macron prévoit diverses réformes de relance économique de bon augure pour nous. Mais nous verrons. Tout cet optimisme a eu pour conséquence de faire grimper le nombre de contacts francophones. Habituellement, nous travaillons à moitié en français et à moitié en anglais ; en ce moment, les proportions sont plutôt de 60 % pour le français contre 40 % pour l’anglais.
    • Les nouvelles demandes en anglais sont comparables à celles de 2016 et en baisse par rapport à 2015. Cette tendance est normale en période électorale. Le vote a lieu demain au Royaume-Uni : à mon humble avis, le résultat est trop incertain pour se prononcer, toutefois les commentateurs semblent accorder la victoire aux Conservateurs. Si ceux‑ci l'emportent, les choses vont probablement se stabiliser. Dans le cas contraire, il faudra s’armer d’un peu de patience avant de dresser un bilan.
    • MAIS, à l’heure actuelle, la clientèle anglophone semble conclure des ententes. Nous avons signé un nombre record d’offres ces dernières semaines. Ces offres émanaient de personnes qui cherchent depuis longtemps.
    • Le printemps est traditionnellement la période de l’année à laquelle nous recevons une foule de nouvelles instructions. Cette année ne fait pas exception : depuis quelques semaines, nous annonçons un nouveau bien immobilier par jour en moyenne sur notre site Web. Des offres ont déjà été faites pour certains de ces nouveaux biens. Suivez ce lien pour consulter nos dernières inscriptions.
    • Les habitations neuves se multiplient et s’envolent partout en Haute-Savoie. Rappelez-vous qu’il faut environ 18 mois pour construire une résidence d’appartements, par conséquent il s’agit du résultat du boum de 2015.
    • Globalement, j’estime que le marché est effervescent en dessous de 500 000 €, normal jusqu’à 1 M€ et plutôt calme dans la catégorie 1 M€ et plus.
    • Le taux de change £/€ est toujours un facteur prépondérant. Il s’est stabilisé autour de 1,17, mais récemment, à cause des incertitudes électorales, il est descendu à 1,15. Vous pouvez voir les fluctuations de la livre sterling par rapport à l’euro ici.

Mes réflexions en 2014

Rapport sur le marché immobilier à Saint-Gervais

2013

Rapport d’Alpine Property sur le marché immobilier

2011

https://alpschaletforsale.wordpress.com/2011/03/29/french-property-market-2010/ (en anglais seulement)

2010

https://alpschaletforsale.wordpress.com/2010/01/08/property_market_alps_france/ (en anglais seulement)

Fin 2009

https://alpschaletforsale.wordpress.com/2009/08/04/state-of-the-market/ (en anglais seulement)

Début 2009

https://alpschaletforsale.wordpress.com/2009/03/30/spring-alpine-property-market-review/ (en anglais seulement)

Posted on by Gareth Jefferies


1 Comment

 

En principe, acheter ou vendre un bien immobilier ne devrait pas ressembler à un jeu de casino. Pour les étrangers, les aléas du marché immobilier dans leur pays d’origine apportent déjà leur lot de complexité. Mais la situation est encore pire s’il faut changer de l’argent, c’est-à-dire convertir une somme dans une autre monnaie, pour acheter ou après avoir vendu. Pour les Anglais qui souhaitent acheter ou vendre en France, par exemple, le taux de change de la livre sterling en euro est désormais une inconnue supplémentaire dans l’équation.

Les courtiers en devises peuvent remédier à certains problèmes. Pour commencer, ils peuvent être considérés comme un moyen d’économiser de l’argent par rapport au taux de change que pourrait offrir votre banque ; ils peuvent également vous aider à vous protéger contre la fluctuation des devises.

Dans le scénario suivant, je prends l’exemple d’un vendeur qui dispose de 350 000 € à rapatrier après la vente de son bien immobilier en France. Pour une quelconque raison, il ou elle a décidé d’utiliser la somme au Royaume‑Uni. Mais voilà, le Brexit a complètement déréglé le marché des changes ! Heureusement, tout n’est pas perdu : la perturbation pourrait jouer en sa faveur. En effet, plus la livre est faible, plus son bien immobilier vaut cher en livres sterling.

Jetez un œil au graphique ci‑dessous. Notre vendeur fictif a accepté une offre en novembre, quand le taux de change était de 1,12, ce qui donnait en théorie 312 500 £ dans ses poches, au Royaume-Uni. Mais la vente a pris quelques mois à se conclure, au bout desquels le taux de change est passé à 1,18. Les 350 000 € équivalent alors à 296 600 £ seulement, soit une perte nette de près de 16 000 £, uniquement à cause de la variation du taux de change.

Un courtier en devises peut être utile dans une telle situation. Si ce courtier est contacté au moment où l’offre est acceptée, il ou elle prendra un acompte de 10 % pour garantir le taux de change courant. Si la vente tombe à l’eau entre ce moment-là et une date distante de deux ans au plus, l’argent peut être revendu sur le marché. Il n’y aura pas de pénalité si cela se produit au taux garanti ou à un taux supérieur à celui‑ci. Tel est le cas dans le scénario que nous avons imaginé. Cependant, si le taux chute en dessous de 1,12, alors le vendeur doit dédommager le courtier pour la différence. L’avantage de la situation est que le bien immobilier vaudrait en livres, sur le papier, davantage que sa valeur initiale !

 

euro graph

Nous travaillons avec les mêmes courtiers depuis plus de dix ans. N’hésitez pas à nous faire signe si vous souhaitez que nous vous contactions pour en discuter.

Posted on by Gareth Jefferies


Leave a comment

L’un de nos chalets à vendre est en vedette dans French Property News ce mois-ci.

chalet in chatel

On trouve, dans le magazine, un article charmant sur le parcours des propriétaires, qui ont choisi leur chalet familial, puis y ont exploité une entreprise touristique pendant 12 ans. Cet article peut être consulté ici :

French Property News, March 17, Real Life

Voici le chalet en question :

chaletfreinets_2

Chalet Freinets à Châtel, 1 375 000 €

Description et détails : https://www.alpine-property.fr/chatel/chalet-freinets/2926

 

 

Posted on by Gareth Jefferies


2 Comments

En 2017, 400 km de sentiers balisés incluant 48 parcours permanents au départ de 12 stations des Portes du Soleil devraient voir le jour, et ce, pas plus tard qu’au début de l’été. Ce projet d’envergure est le fruit des efforts de diversification des offices de tourisme alpins, qui souhaitent développer une offre non axée sur le ski alpin.

Excellente idée. Les Portes du Soleil conviennent à merveille au « trail ». Ce sport, également appelé « course nature » ou « course en sentier », n’est pas nouveau, la course en montagne existant depuis des temps immémoriaux. Mais voici l’ancienne discipline repensée et « réemballée », pour la rendre accessible à davantage de personnes, avec l’ajout d’indications sur le terrain et de ressources.

La course nature dans les Portes du Soleil a désormais son site Web (Trail Running Portes du Soleil), et des prospectus seront distribués dans les syndicats d’initiative concernés. Une application smartphone pour iOS et Android est également disponible. Grâce à celle-ci, les « traileuses » et « trailers » se repéreront facilement sur une carte et suivront leur progression en direct :

http://trailconnect.run/fr/applis-de-territoire/trail-running-portes-du-soleil/

trail runnin

 

Les sentiers sont tous dotés d’une cote qui va de « facile », pour certains parcours en fond de vallée, à « Skyrun », pour les sentiers très difficiles, voire extrêmes.

TRAIL RUNNING X

Il semblerait qu’un candidat évident ait été judicieusement omis lors du choix des itinéraires Skyrun : le roc d’Enfer ! (Voir photo ci‑dessous.)

trail runnin_5

Le projet s’inscrit dans un réseau plus vaste de centres de trail, que vous pouvez découvrir ici :

http://tracedetrail.fr/fr/user/portails 

Quelques compétitions sont déjà organisées dans le domaine skiable :

Le Trail des Hauts Forts

Le Trail des Crêtes du Chablais

Et, bien sûr, le kilomètre vertical au départ de Montriond, qui en est à sa septième édition :

KMV de Nantaux-Portes du Soleil

 

Posted on by Gareth Jefferies


Leave a comment

French Property News nous a mentionné deux fois le mois dernier (février 2017) : une première fois dans l’article de fond Ask the agent, et une seconde fois sur la page On the Market du magazine ! (Cliquez sur les liens pour lire les articles.)

Et ça n’est pas tout : nous sommes encore à l’honneur dans le numéro de mars, mais il faut l’acheter (en ligne ou dans toute maison de la presse digne de ce nom) pour accéder au contenu, ou bien patienter un mois, d'ici à ce que je le publie sur le présent blogue.

Dans Ask the agent (« Demandez à l’agent »), je crois qu’ils m’ont interviewé à un moment sensible, juste avant la neige en janvier... Maintenant qu’elle est arrivée, je suis beaucoup plus optimiste :

« Il y a un regain d’intérêt. Les acheteurs sur le marché sont sérieux. En fait, le ratio acheteurs/visiteurs est le meilleur qu’il est possible de voir. Ajoutez à cela l’ouverture des vendeurs à la négociation, et vous obtenez un marché qui se porte très bien. »

ask the agent

on the market

Posted on by Gareth Jefferies


Leave a comment

Les bulletins d’avalanches sont des sources formidables d’information objective sur les conditions de neige et les prévisions météorologiques. Les consulter devrait être le premier point sur votre liste de choses à faire avant une « virée » hors-piste. Comme ils sont mis à jour quotidiennement à 16 h, ils sont prêts la veille au soir pour la sortie du lendemain. Les prévisions émanent d’êtres humains, qui travaillent à partir d’observations, et non d’une modélisation par ordinateur basée sur des probabilités.

Il existe des prévisions distinctes pour chaque région. C’est le département de la Haute-Savoie, dans les Alpes du Nord, qui m’intéresse. Le bulletin neige et avalanches est disponible ici :

http://www.meteofrance.com/previsions-meteo-montagne/bulletin-avalanches

Nous allons examiner les prévisions pour la journée de demain, soit mercredi, le 8 février 2017.

avalanche forecast

Comme vous le voyez sur la carte ci-dessus, la région est divisée en trois secteurs : les massifs du Chablais, du mont Blanc et des Aravis. Optons pour le Chablais, où je vis. Le risque d’avalanche est de 3 ou « marqué », c’est-à-dire assez important. Étonnamment, il s’agit de l’indice de risque associé au plus grand nombre de blessés. En effet, quand l’indice atteint les valeurs de 4 (« fort ») ou 5 (« très fort »), les skieurs se méfient et tendent à prendre des décisions plus prudentes.

  • Pour être plus précis, l’indice de risque est de 3 à partir de 2 200 m d’altitude, et de 2 en dessous. Le risque est donc de 2 dans 95 % du Chablais, toutefois le drapeau du risque marqué (3) flottera dans les stations de ski.
  • Il existe également une « rose des avalanches », représentée par un polygone incluant les quatre points cardinaux. Elle indique le degré de risque selon le versant de la montagne, car le danger sur un versant donné dépend de la direction des vents qui ont soufflé les jours précédents. Dans le cas présent, le risque est homogène, quelle que soit l’exposition.
  • Enfin, le bulletin comprend une description succincte du danger. En l’occurrence, des avalanches d’importance petite à moyenne pourraient se déclencher spontanément. Les skieurs, quant à eux, pourraient déclencher tous les niveaux d’avalanche. Il leur est utile de le savoir, car ils sont généralement les premières victimes des avalanches qu’ils provoquent.

Pour passer à la prochaine étape, il faut cliquer sur le massif qui nous intéresse afin d’obtenir des prévisions détaillées.

avalanche forecast 2

Le bulletin d’estimation du risque d’avalanche donne des renseignements sur la stabilité du manteau neigeux.

  • Avalanches spontanées : comme vous pouvez le lire ci-dessus, des départs sous forme de coulée ou de cassure sont possibles dans certains contextes topographiques. Leur taille peut devenir considérable dans les secteurs froids qui ne se sont pas vidangés depuis la tempête de neige du week-end.
  • Déclenchements causés par des skieurs : une grosse cassure est possible (voir ci-dessus). Il faut faire attention aux abords des crêtes et des ruptures de pente.

Ce qui précède était un peu dense, mais ne vous inquiétez pas, la partie suivante est plus illustrée.

avalanche forecast 3

Les graphiques ci‑dessus indiquent les quantités de neige réelles tombées à 1 800 m et les quantités prévues. En outre, d’après les prévisions météorologiques pour mercredi, il neigera faiblement en altitude toute la journée ; la limite pluie-neige se situera à 900 m et descendra à 700 m dans la journée. Le vent soufflera du nord-ouest et forcira en devenant nord-est. Habillez-vous chaudement : cela donnera un refroidissement éolien de -10 °C.

avalanche forecast 4

  • L’image ci-dessus illustre l’épaisseur du couvert neigeux sur les versants nord et sud de la montagne. Vous pouvez chaussez vos skis vers 800-1 000 m d’altitude ; à 1 500 m, le couvert neigeux qui s’installe est déjà consistant. Demain, vous aurez vraisemblablement de la neige fraîche et un petit vent du nord.
  • La tendance est toujours intéressante à regarder : le risque devrait demeurer le même jeudi et diminuer vendredi.

La partie suivante du bulletin est une nouveauté. Il s’agit de l’historique des 6 derniers jours. Vous pouvez constater que le temps a été doux la semaine dernière et que la température a quelque peu baissé depuis. En bleu, vous avez la limite pluie-neige et sa fluctuation lors du passage de deux fronts.

Le deuxième graphique fournit la vitesse et la direction du vent au fil du temps. Samedi dernier, par exemple, des vents de 100 km/h ont été enregistrés au sommet des stations. Toutes les personnes qui ont skié ce jour-là confirmeront que 90 % des remontées mécaniques étaient fermées ! Sur le plan du risque d’avalanche, sachant que les vents (sud-ouest, dans ce cas) forment des accumulations de neige dans les dépressions abritées ou « sous le vent », cela signifie un risque de cassure sur les pentes nord-est.

avalanche forecast 5

Les derniers graphiques parlent d’eux-mêmes. Ils montrent l’évolution du risque d’avalanche et les épaisseurs de neige.

Voilà, nous avons fait le tour du sujet : le bulletin neige et avalanches, une mine d’information.

Posted on by Gareth Jefferies


Leave a comment